Belle histoire de coopération vétérinaire, familiale et internationale, pour aider Jack à retrouver sa maison.

 

Un mois environ avant Noel, un chat noir et blanc très gentil, trouvé dans les jardins de l'hopital Saint Louis et secouru par l'école du chat de l'hopital Saint Louis, fut amené à notre clinique par madame Pia Staal, la présidente de l'association. La détection du transpondeur révéla qu'il portait une puce électronique américaine. Les premières recherches restèrent vaines: chat inconnu dans les environs, affiches apposées dans les rues avoisinantes sans effet, et surtout puce non enregistrée en France.

 

Je décidai alors de lancer l'opération "lost american cat in Paris", et mis en route un formidable réseau vétérinaire, familial et international,  pour retrouver la famille de ce matou. 

 

De Paris, je contactai le docteur Stéphanie Ginestra, ma nièce, américaine et vétérinaire à Houston,Texas, et lui demandai son aide pour effectuer les recherches sur les registres américains de propriétaires de chats. Elle se heurta elle aussi à un échec, car la puce n'avait jamais été enregistrée aux USA non plus... Mais elle contacta le laboratoire fabriquant de la puce, raconta l'histoire, et obtint les coordonnées du vétérinaire ayant posé le transpondeur. La piste partie de Paris quitta donc Houston, Texas pour Natick, Massachusetts. Au Natick Animal Hospital, une consoeur nous appris enfin que ce chat s'appelait Jack, et que son maître, James H., avait quitté Boston pour Amsterdam en 2009. Nous avons même obtenu un numéro de téléphone portable! Grand espoir, grosse déception: ce numéro n'était plus utilisé... Je cherchai sur le net un James H. à Amsterdam ou à Paris, sans succès. Paris, Houston, Natick, Amsterdam, la piste semblait vouloir se perdre aux Pays -Bas.

 

Mais il restait un indice: le numéro de téléphone portable aboutissait à une messagerie indiquant que ce numéro dépendait d'une banque de New York. Alors, je pensai au réseau social professionnel linkedIn et lançai une recherche. Si de nombreux James H. existaient sur LinkedIn, en associant le nom de la banque à la recherche, un seul restait en lisse, certainement le bon! Ne pouvant pas envoyer moi-même de message, je demandai alors à ma deuxième nièce, Cynthia Ginestra, abonnée à linkedIn, de contacter Ce James H.

Tout le monde croisa les doigts,...

 

James H. fut très étonné, depuis Boston ou il était, qu'une inconnue du Texas le contacte au sujet de son chat perdu trois mois plus tôt à Paris... mais il était aux anges d'avoir retrouvé Jack!

 

Son épouse Jennifer, toujours sur Paris, avait pourtant parcouru les rues de son quartier jour et nuit à la recherche de Jack, interrogé les gens dans les parcs, couvert les vitrines d'affiches portant la photo du beau Jack perdu en Septembre... Leurs retrouvailles, après trois longs mois, quelques jours à peine avant Noel, semblaient miraculeuses ( et furent très joyeuses ).

 

Ce succès n'est pas le fruit du hasard. La ténacité et l'entraide de six personnes ont été nécessaires pour ramener Jack à sa famille, plus un septième maillon: internet et les réseaux sociaux. Combinaison très actuelle de facteurs humains et technologiques !

 

Et même si tout cela est très concret, nous avons tous bien aimé appeler l'histoire de Jack "notre petit miracle de Noêl".

                                                                                                  Dr Catherine Flachaire